Le coach d’entrepreneurs, un métier en quête de légitimité

10 février 2011 par Pascale Dutilleul Laisser une réponse »

Lors de la rencontre des professionnels de de l’accompagnement des entrepreneurs à Advancia ce jeudi 10 février, Caroline Verzat a présenté de façon très dynamique le résultat de ses recherches sur le métier de coach d’entrepreneurs. C. Verzat est enseignant-chercheur à Advancia, spécialisée dans la recherche en entrepreneuriat. Pour elle, le coach bricole entre 3 postures :

– Posture fonctionnaliste : le coach apporte expertise, réseaux et méthodes.
– Posture herméneutique : le coach écoute, donne confiance au futur entrepreneur
– Posture réflexive et critique : par les questions qu’il pose, le coach aide à la décision, à la prise de recul et à l’établissement des plans d’action.

Concernant la posture fonctionnaliste, le coach remplit les fonctions suivantes :
Intégration : il met l’entrepreneur en relation avec son réseau
Soutien informationnel : il fournit des informations et des renseignements reliés au monde des affaires
Rôle de modèle : il expose ses réussites, ses expériences

Concernant la posture herméneutique, ses fonctions sont de :
Sécuriser
Motiver
Donner confiance

Pour ce qui est de la posture réflexive et critique, le coach exerce les fonctions de :
Réflecteur : il renvoit une image de l’entrepreneur et de son entreprise
Confrontation
Guide

Pour C. Verzat, le métier de coach d’entrepreneurs est un métier en quête de légitimité.  Sur quoi repose la légitimité de l’accompagnateur, d’après ses analyses?
– son statut (âge, diplôme, sexe) : sécurisant
– son ancienneté, son expérience et son aura : rôle de modèle
– sa compétence (réseau, expertise, méthodes) : intégration, information, guide
– son utilité  : adéquation aux différents besoins
– son engagement personnel : motivation, confidence
– sa compréhension de ce que dit l’entrepreneur

Elle s’est demandé si l’expérience de la création apporte une légitimité au coach. Après enquête, elle arrive aux résultats suivants très intéressants :
– L’expérience antérieure de création est le socle de légitimité majeur
– L’âge n’intervient pas comme facteur de légitimité à première vue mais cela pourrait aider
– Enfin, la qualité de la relation ne donne pas de légitimité au départ mais elle est cruciale pour durer.

Après cette magnifique analyse, y’a plus qu’à! Bon coaching!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *